FR

Epicondylite latérale, cause et traitement - Chirurgie

Qu’est-ce qu’une épicondylite latérale ?

L’épicondylite latérale, ou tennis elbow, résulte d’un surmenage mécanique dans certaines professions (femme de ménage, mécanicien, ...) impliquant des rotations spécifiques et répétitives de l’avant-bras ou l’utilisation intensive d’une souris d’ordinateur, entraînant une douleur chronique à la face externe du coude

Symptômes et traitement

Habituellement, les symptômes sont latents depuis un certain temps. La douleur est principalement ressentie au repos, avant et/ou après la sollicitation. Nous distinguons, d’une part, la douleur localisée à la face latérale du coude et, d’autre part, la douleur irradiant dans l’avant-bras, jusqu’à la face supérieure de l’index et du majeur. Dans le premier cas, il s'agit d’un problème d'attache des différents extenseurs des doigts et du poignet, spécifiquement au niveau de la face externe du coude. L’inflammation du tendon présente généralement une composante chronique (tendinose), avec poussée intermittente ou aiguë brutale (tendinite). Dans le second cas, il faut également penser à un coincement du rameau terminal du nerf radial (nerf interosseux postérieur=NIOP), et ce au niveau du muscle supinateur et du fascia (Fig. 24). Parfois, cette problématique se présente même seule, sans tennis elbow ! Le diagnostic d’épicondylite latérale et/ou de NIOP est posé grâce à la radiographie et à l’échographie. Une IRM complémentaire est parfois indiquée. Initialement, l’épicondylite latérale sera toujours traitée de manière conservatrice. Moyennant un traitement anti-inflammatoire local, par l’application d’AINS en gel, et/ou une prise orale d’AINS. Le tout complété par une orthèse de type EpiPoint et, si nécessaire, par 1 à 3 infiltrations de corticoïdes.

Un programme de kinésithérapie intensive, avec étirement des extenseurs, est systématiquement démarré. Si ce traitement conservateur ne donne pas de résultat au bout d’une certaine période, une procédure chirurgicale peut être proposée. L’opération est alors réalisée en hôpital de jour, sous anesthésie locorégionale du bras (bloc du plexus brachial). Durant l’intervention, le chirurgien libère la traction au niveau du point d’attache et « nettoie » le point d’attache en question de manière à permettre la formation d'un nouveau tissu cicatriciel sans réaction inflammatoire continue. Si nécessaire, il peut aussi libérer le nerf radial (NIOP) Après l’intervention, une attelle d'immobilisation relative est posée pour une période de 2 semaines (un plâtre peut être nécessaire dans certains cas exceptionnels). La rééducation peut ensuite débuter. Une incapacité de travail complète de 2 à 3 mois est préconisée. Si l’opération vise exclusivement la libération du nerf radial (NIOP), la rééducation est démarrée d’emblée, sans période d’immobilisation.

Ce contenu a été écrit par : Dr. Arne DecramerDr. Stijn MuermansDr. Karel Willems

Plus d'infos sur les troubles de la Coude - Épicondylite latérale - Prothèse du coude