FR

Plaintes du genou - Douleur - Passer au travers - Blocage - Instabilité

Douleur

Pour parvenir à un diagnostic correct, il est important de localiser la douleur avec précision, de déterminer quand la douleur se fait sentir et de savoir comment elle est apparue la première fois. Un aspect tout aussi important, mais un peu plus difficile à définir, est le type de douleur : douleur vive, lancinante, irradiante, ... L’arthrose du genou, ou gonarthrose, provoque une douleur mécanique typique, liée au mouvement, qui limite souvent la fonction (marche, course). Une lésion de surmenage se manifeste davantage par une douleur lancinante focale, qui survient pendant ou après une période d’activité plus intense. Les lésions aiguës (déchirure des ligaments croisés, du ménisque, ...) s’accompagnent souvent d’intenses douleurs, qui peuvent être très localisées ou généralisées à l’ensemble de l’articulation. Une douleur nocturne est généralement synonyme d’une étiologie inflammatoire.

Localisation de la douleur

Souvent, c’est tout le genou qui fait mal mais, dans la plupart des cas, il est tout de même possible de dégager une tendance. Une douleur à l’avant du genou peut être évocatrice d’une arthrose de la rotule, d’une tendinite ou d’une bursite. Une douleur à l’intérieur du genou peut indiquer une déchirure du ménisque, une déchirure du LCA ou une arthrose. Une douleur à l’extérieur du genou peut révéler une déchirure du ménisque, une tendinite et une arthrose. Enfin, une douleur à l’arrière du genou peut être symptomatique d’une déchirure du ménisque ou d’un kyste synovial, tous deux potentiellement consécutifs à une arthrose.

Gonflement

Assez fréquent, le gonflement ou œdème (liquide dans le genou) peut avoir différentes causes. Si l’œdème est apparu de manière très brutale après un traumatisme, il résulte le plus souvent d’un saignement dans l’articulation, suite à une fracture, une déchirure du ligament croisé, une déchirure du ménisque ou une luxation de la rotule. Si le genou enfle lentement, l’œdème est souvent une réaction à une sorte d’irritation mécanique. La cause peut être une arthrose, une lésion cartilagineuse ou une déchirure du ménisque. Si l’œdème est apparu lentement et que le genou est chaud au toucher, la cause est plus probablement inflammatoire. Dans ce cas, il faut parfois ponctionner le liquide présent dans l’articulation pour parvenir à un diagnostic correct. Si l’œdème s’accompagne de douleurs nocturnes et de raideurs articulaires matinales, la cause se situe parfois au niveau d’une affection rhumatologique, p. ex. arthrite rhumatoïde, goutte, spondylarthrite ankylosante, ... Le cas échéant, vous serez adressé à un rhumatologue au sein du service. Si le genou est enflé et chaud au toucher et que le patient est fébrile, l’éventualité d’une arthrite septique (infection du genou) doit systématiquement être exclue. Il s'agit là d'une urgence médicale.

Blocage

Un genou bloqué est un genou que vous ne pouvez plus ou difficilement bouger. Nous distinguons 2 entités différentes. D’une part, un vrai blocage mécanique. Il y a quelque chose à l’intérieur de l’articulation qui bloque le genou. Le plus souvent, le corps étranger est un fragment de ménisque ou un morceau de cartilage. D’autre part, un pseudo-blocage. Là, il n’y a pas de blocage mécanique, mais le corps empêche le genou de bouger pour se protéger contre la douleur. Les causes peuvent être de nature anatomique (lésions musculaires/tendineuses, lésions des ligaments latéraux, luxation de la rotule, ...) ou autre (inflammatoire). En cas d’arthrose ou d’important œdème du genou, nous observons certes une diminution de la mobilité/de l’amplitude de mouvement du genou, mais normalement pas de véritable blocage.

Lâchage

Les genoux qui lâchent, qui se dérobent, qui fléchissent, qui flottent, qui sont instables, ... Voilà une plainte récurrente. Ce symptôme peut avoir de nombreuses causes différentes. Par exemple, une sensation d’instabilité permanente est généralement due à une atteinte des structures supposées stabiliser le genou : les ligaments latéraux, les ligaments croisés, mais aussi les tendons et les muscles. Si le genou est stable, mais se dérobe de temps à autre, il est plutôt question d’une lésion au niveau du ménisque ou du cartilage. Le plus souvent, le lâchage s’accompagne alors d’un ressaut ou d’une douleur vive dans le genou. Les pathologies susceptibles d’être associées à une sensation de dérobement des genoux sont légion. Ce lâchage est en réalité la conséquence d’un relâchement réflexe du quadriceps en réaction à un stimulus douloureux que l’organisme ressent à l’intérieur ou à proximité du genou.

Ce contenu a été écrit par : Dr. Paul GunstDr. Thomas LuyckxDr. Lieven MissinneDr. Jan NoyezDr. Peter StuerDr. Alexander RyckaertDr. Luc Van den DaelenDr. Philip Winnock de Grave

Plus d'infos sur les troubles de la Genou - Prothèse du genou - Ménisque - Ligament croisé