FR

Traitement de l'épine de Lenoir - Thérapie par ondes de choc extracorporelles - Chirurgie

Qu’est-ce qu’une épine de Lenoir ? 

La fasciite plantaire et l’épine de Lenoir sont des pathologies du pied peu connues, alors qu’elles font pourtant pas mal de victimes.

Fasciite plantaire : 

L’arche du pied est soutenue par une épaisse bande fibreuse (aponévrose plantaire superficielle) appelée fascia plantaire. Reliant le calcanéum à la plante du pied, ce fascia assure la stabilité et la mobilité des orteils. La fasciite plantaire est une inflammation de cette aponévrose située sous la voûte plantaire. Quand votre pied est au sol, le fascia plantaire supporte tout le poids de votre corps. Ce poids soumet le fascia plantaire à un étirement, susceptible d’entraîner de petites déchirures au niveau du point de jonction avec le calcanéum. Le corps humain étant bien fait, il répare normalement ces déchirures de lui-même. Mais certaines déchirures, engendrées par une sollicitation excessive, ne guérissent pas et déclenchent une réaction inflammatoire. C’est principalement cette réaction inflammatoire qui provoque les symptômes.

Épine de Lenoir :

L’épine de Lenoir est une excroissance osseuse (calcification en forme d’épine) sous le calcanéum, au niveau de l’attache de l’aponévrose plantaire superficielle. Nous pouvons déduire des recherches réalisées qu’environ 75 % de la population adulte présente une telle excroissance osseuse. Mais elle n’occasionne pas nécessairement une quelconque douleur. Chez certains, elle entraîne pourtant une douleur intense et constante sous le talon. Les deux pathologies sont différentes, mais souvent confondues. Elles ont néanmoins en commun d’être la conséquence d’une sollicitation excessive. Le symptôme caractéristique de l’épine de Lenoir est une douleur intense très localisée sous le talon.

Causes de l’épine de Lenoir

L’épine de Lenoir et la fasciite plantaire sont des lésions de surmenage.

Elles surviennent fréquemment dans les situations suivantes :

1. Pratique d’un sport dynamique (course à pied, tennis, golf, randonnée, ...)
2. Port prolongé de chaussures à semelles trop souples
3. Port de chaussures à talons hauts
4. Exercice d’une profession debout
5. Excès de poids (une légère prise de poids peut déjà déclencher les plaintes)
6. Position anormale du pied, tels que pieds plats ou pied-bot

Symptômes de l’épine de Lenoir

Le principal symptôme est une douleur sous le talon. Cette douleur atteint son paroxysme au lever, le matin ou après une période prolongée en position assise. La douleur peut régresser en cours de journée mais, en fin de journée, le patient peut ressentir une douleur sourde continue à la face interne du talon et sur l’ensemble de la voûte plantaire (qui s’atténue au repos). Le centre de la plante du pied peut également être douloureux. À cela peuvent encore s'ajouter des manifestations inflammatoires (rougeur/gonflement).

Diagnostic de l’épine de Lenoir

Dans la plupart des cas, le diagnostic est clinique et ne requiert pas d’examens d'imagerie. Parfois, une radio ou une écho du talon est réalisée pour exclure d’autres étiologies. Dans certains cas, une épine osseuse est clairement visible.

http://ortho-kortrijk.be/files/articles_101_67768592.jpg .   http://ortho-kortrijk.be/files/articles_101_83468592.jpg

Traitement de l’épine de Lenoir

L’inflammation peut être réduite par des bains de pied à l’eau glacée ou par l’application de glace sur la zone douloureuse. La prise d’anti-inflammatoires (AINS) peut aussi être envisagée pendant quelques jours.

Le traitement à long terme passe par quatre mesures possibles :

1. Semelles orthopédiques et exercices

L’épine de Lenoir découle d’une sollicitation excessive. Le port de semelles orthopédiques allège la sollicitation en soutenant le tendon enflammé. Si la position du pied est en cause, elle peut également être corrigée par une semelle. La pierre angulaire du traitement est un programme d’exercices. Ces exercices doivent être pratiqués au quotidien pour donner de bons résultats. La kinésithérapie n’est en principe pas nécessaire, mais peut être prescrite pour l’apprentissage et la maîtrise des exercices suivants, ou d’autres mouvements.

Macintosh HD:Users:markvandijk:Desktop:fascia1.png
Exercice n°1 : L’exercice le plus important est l’étirement de l’aponévrose plantaire superficielle. Faites-le idéalement avant de vous mettre en marche après une période de repos (le matin, au lever).

- Asseyez-vous en croisant les jambes.
- Montez les orteils vers le haut.
- Vous sentez l’aponévrose tirer. Maintenez la position pendant 10 secondes tout en massant délicatement l’aponévrose.
- Répétez 10 fois.

 

Macintosh HD:Users:markvandijk:Desktop:fascia4.jpg

Exercice n°2 : étirement du tendon d’Achille

- Face à un mur, penchez-vous en avant en prenant appui sur vos mains, une jambe pliée et une jambe tendue. (si vous avez mal des deux côtés, alternez pied gauche et pied droit pour étirer les deux) : la cheville douloureuse la plus éloignée du mur (jambe tendue).
- Déplacez votre poids sur la jambe tendue : vous sentez le talon et la plante du pied s’étirer. Vous devez aussi ressentir une nette tension dans votre mollet.
- Étirez bien et maintenez la position pendant 10 secondes. Ensuite, relâchez et revenez à la verticale. Répétez l’exercice 20 fois. Si vos deux chevilles vous font souffrir, répétez l’exercice de l’autre côté.

 

Macintosh HD:Users:markvandijk:Desktop:fascia3.jpg
Exercice n°3 : appuyé sur une table ou une chaise, inclinez-vous vers l’avant

- Pliez les deux jambes et accroupissez-vous en douceur. Essayez de maintenir les talons au sol le plus longtemps possible.
- Vous sentez votre tendon d’Achille et votre plante de pied s’étirer au moment où votre talon décolle du sol. Lorsque vous sentez cette tension, essayez de garder la position pendant 10 secondes puis relevez-vous. Répétez 20 fois cet exercice.

Macintosh HD:Users:markvandijk:Desktop:fascia2.jpg
Exercice n°4 : debout sur la première marche d’un escalier

- Montez sur la première marche d’un escalier et cherchez l’équilibre sur votre plante de pied.
- Laissez descendre vos talons très lentement, aussi bas que vous le pouvez, jusqu’au moment où vous sentez les muscles de vos mollets tirer.
- Essayez de maintenir cette position pendant 10 secondes, puis redressez-vous. Répétez 20 fois cet exercice. 

2. Infiltration de cortisone

Si la douleur persiste, des infiltrations de cortisone peuvent être envisagées. La cortisone a un effet anti-inflammatoire et bloque le système immunitaire. Elle sera injectée directement au niveau de l’attache du fascia plantaire. Le nombre d’infiltrations doit rester limité, car ce produit peut nuire gravement à votre système immunitaire. En règle générale, le médecin n’administrera pas plus de trois infiltrations pour le traitement d'une épine de Lenoir. Les infiltrations sont administrées en dernier recours, lorsque les exercices n’ont pas donné de résultat satisfaisant.

3. Traitement par ondes de choc extracorporelles

Une autre option thérapeutique possible dans l’épine de Lenoir est le traitement par ondes de choc. Non invasive, cette méthode n’est utilisée qu’en cas de résultat insuffisant d’autres traitements conservateurs. Les ondes de chocs détruisent les calcifications et contribuent à la guérison des inflammations chroniques.

4. Chirurgie

L’épine de Lenoir est rarement traitée par chirurgie. L’opération peut être indiquée dans l’unique cas d’une épine de Lenoir persistante et extrêmement douloureuse.

Ce contenu a été écrit par : Dr. Stijn MuermansDr. Mark van DijkDr. Jan Van Oost

Plus d'infos sur les troubles de la Informations sur la chirurgie du pied et de la cheville