FR

Une opération

Le jour de l’opération

Admission :

Vous serez admis(e) au service Orthopédie. Une équipe composée d’un orthopédiste, d’une infirmière en chef, d’infirmières, d’aides-soignantes et d’assistantes en logistique s’y tient à votre disposition pour assurer vos soins médicaux et infirmiers. N’hésitez pas à leur adresser vos éventuelles questions, remarques ou suggestions.

Avant l’opération, quelques préparatifs s’imposent :

  • l’infirmière vous aidera à remplir le formulaire d’anamnèse
  • l’infirmière vous communiquera quelques informations d’ordre général sur le service
  • l’infirmière marquera le site chirurgical au feutre indélébile

Si vous ressentez de l’anxiété ou de la nervosité, demandez un calmant à l’infirmière au moment de votre admission, cela vous permettra de vous préparer sereinement à l’intervention. L’heure de l’opération dépend du programme de la journée et peut difficilement être estimée avec précision. Vous devrez enfiler la blouse et la charlotte fournies avant votre départ pour le bloc opératoire.

Nous vous conseillons de laisser vos bagues et autres bijoux à la maison. Quant aux prothèses dentaires, lentilles de contact et piercings, ils devront être retirés. Le vernis à ongles est interdit et doit être éliminé au préalable.

Anesthésie :

En principe, nous réalisons l’intervention sous anesthésie locale (bloc poplité). Si toutefois vous vous sentez trop nerveux, vous pouvez toujours demander un léger sédatif ou une anesthésie générale. Vous serez appelé un peu plus tôt au quartier opératoire et vous devrez patienter un peu, le temps que l’anesthésie fasse suffisamment effet.

Intervention :

Le chirurgien utilise une technique ou combine plusieurs techniques. Pendant l’intervention, un garrot sera posé sur votre jambe. Il s’agit donc d’une chirurgie exsangue (sans sang). Selon la procédure suivie, une attelle plâtrée (ou plâtre ouvert) ou un bandage compressif sera posé dès l’intervention terminée. Si vous êtes plâtré, vous ne pourrez pas prendre appui sur la jambe opérée pendant 10 jours. Sinon, vous recevrez une chaussure spéciale et vous pourrez prendre appui et marcher avant ce délai. Après l’intervention, vous resterez un peu en salle de réveil, d’où vous serez en principe ramené au service. L’anesthésie locale agit entre 10 et 16 heures avant de disparaître progressivement. Ne vous inquiétez pas, vous recevrez des antidouleurs en temps utile pour prendre le relais. Si vous ressentez malgré tout une douleur insupportable, vous pourrez encore recevoir des antalgiques supplémentaires. L’infirmière viendra régulièrement contrôler votre tension artérielle, votre pouls, votre température et votre circulation. Une perfusion sera par ailleurs posée dans votre bras pour vous hydrater et éventuellement vous administrer les antalgiques nécessaires. Surélevez votre jambe et maintenez le pied et la jambe opérés en ligne droite.

Retour à la maison dès le lendemain de l’intervention

Le matin, vous pourrez faire votre toilette au lavabo ou dans une bassine. N’hésitez pas à demander de l’aide si vous éprouvez des difficultés. Si nécessaire, les soins de plaies seront prodigués par l’infirmière. Sauf problème, la perfusion vous sera retirée. Place dès aujourd’hui à la mobilisation. Le kiné vous apprendra à marcher avec des béquilles. Si vous avez un plâtre, il est interdit de prendre appui sur la jambe concernée. Si vous avez une chaussure pour plâtre, vous pouvez partiellement prendre appui. En principe, vous pourrez quitter l’hôpital dans l’après-midi, après la visite du médecin traitant. Pensez à préparer les documents à lui faire remplir pendant sa visite : certificat pour le travail, attestation pour la mutuelle, ... Après 2 semaines, vous reviendrez en consultation pour une visite de suivi. L’infirmière vous communiquera la date et l’heure de votre rendez-vous au moment de votre sortie. Elle vous remettra également une prescription pour les soins infirmiers à domicile et les médicaments à prendre. De retour à la maison, vous pouvez continuer à prendre 1 g de paracétamol jusqu’à 4 fois par jour (toutes les 6 heures), et éventuellement aussi 600 mg d’ibuprofène (maximum 3x/jour) pendant deux ou trois jours. Le fil utilisé pour les sutures est quasi toujours résorbable, ce qui signifie qu’il disparaît tout seul après un certain temps : il n’est donc pas nécessaire de le faire retirer. N’oubliez pas 3 choses importantes : vos injections quotidiennes contre les phlébites, l’application fréquente de glace et la surélévation de la jambe pour l’empêcher de gonfler. Si jamais vous devez changer votre pansement, faites-le bien (ou demandez à une personne compétente de le faire), car il est essentiel à la bonne guérison des tissus mous.

Complications

Comme dans toute intervention chirurgicale, il existe un risque de :

  • Infection
  • Hémorragie secondaire
  • Thrombophlébite : les injections dans le ventre sont destinées à la prévenir

Complications plus spécifiques des interventions sur un hallux valgus :

  • Récidive de l’hallux valgus : résulte généralement d’une correction insuffisante pendant l’opération ou du port de chaussures inadéquates après l’intervention
  • Hallux varus : résulte d’une hypercorrection, le gros orteil déviant à présent vers l’intérieur
  • Raccourcissement du métatarsien du gros orteil, éventuellement avec dorsiflexion (gros orteil recourbé vers le haut).
  • Gonflement du pied : complication très fréquente, persistant généralement de 2 à 4 mois. En général, le gonflement s’aggrave au fil de la journée.
  • Pseudarthrose : absence de consolidation de l’os corrigé. En arrêtant de fumer, vous réduirez considérablement ce risque !

La convalescence

La durée de la rééducation dépend en grande partie de la pose d’un plâtre. Le plâtre doit rester en place entre 3 et 6 semaines, dont les 10 premiers jours sans le moindre appui. Après ces 10 jours, le plâtre initial est remplacé par un plâtre de marche. Dès ce moment, vous pouvez prendre appui sur le pied opéré (d’abord partiellement, puis complètement). Une fois le plâtre de marche retiré, vous passerez une radio de contrôle. Nous vous conseillons ensuite de porter des chaussures ouvertes ou des chaussures de sport. Si vous avez reçu une chaussure spéciale post-chirurgicale, vous pourrez rapidement prendre appui sur le pied opéré. Dès que vous pourrez vous en passer, nous vous conseillons aussi de porter des chaussures ouvertes ou des chaussures de sport. Il est aussi important d’exercer la mobilité de l’orteil. La dorsiflexion (relever le gros orteil vers le haut, en direction du corps) est particulièrement importante. Une fois la plaie chirurgicale cicatrisée et le pied déplâtré, nous vous conseillons de travailler la mobilité de vos orteils dans l’eau, et ce 2 fois par jour. L’alternance de bains d’eau chaude et d’eau froide (en immergeant à chaque fois le pied pendant 1 minute) peut aussi contribuer à limiter l’œdème. Gardez cependant à l’esprit qu’il n’y a rien d’anormal à avoir le pied enflé pendant 2 à 4 mois. Après le retrait du plâtre ou du bandage, hydratez votre pied en appliquant une crème pour les pieds ou une crème hydratante une fois par jour. Votre peau retrouvera ainsi sa souplesse et votre cicatrice aura un meilleur aspect.

  1. Lorsque vous recommencez à marcher sans plâtre ni chaussure pour plâtre, pensez bien à dérouler le pied. Pour ce faire, posez le talon au sol puis balancez votre poids vers le métatarse et déroulez complètement l’avant du pied de manière à reposer sur les orteils. Répétez l’exercice à pieds nus, par petits pas et à un rythme lent. L’articulation de votre cheville peut être légèrement raidie suite à l’immobilisation plâtrée. Les exercices d’étirement du tendon d’Achille et le vélo d’appartement peuvent y remédier.

  2. Quelques séances de kinésithérapie sont parfois indiquées pour votre rééducation. La kiné stimule le drainage lymphatique et accélère la mobilisation de la cheville opérée.

  3. Enfin, il est fondamental de protéger votre cicatrice contre les rayons du soleil pendant une durée suffisante (8 à 12 mois).

Ce contenu a été écrit par : Dr. Stijn MuermansDr. Mark van DijkDr. Jan Van Oost

Plus d'infos sur les troubles de la Informations sur la chirurgie du pied et de la cheville