FR

Hallux rigidus ou arthrose du gros orteil - Chirurgie

Qu’est-ce qu’un hallux rigidus ?

Hallux_rigidus

En latin, le mot « hallux » désigne le gros orteil tandis que le mot « rigidus » a simplement donné notre adjectif « rigide ». Le hallux rigidus est en réalité une forme d’arthrose (usure du cartilage de l’articulation MTP du gros orteil). Au même titre que l’arthrose, le hallux rigidus est donc une maladie évolutive, l’orteil perdant de plus en plus de mobilité au fil du temps. Au stade initial, la mobilité est légèrement limitée, mais plus l’atteinte progresse, plus la mobilité de l’articulation MTP diminue jusqu’à finir par donner un orteil complètement rigide.

La cause

Une sollicitation congénitale, due à un type de pied qui favorise cette pathologie. Des maladies telles que l’arthrite rhumatoïde ou la goutte.

Symptômes

Douleur et raideur au niveau du gros orteil à la course ou à la marche. Gonflement, inflammation autour de l’articulation MTP. Sensation de fatigue dans l’orteil. Douleur croissante, y compris au repos. Difficultés à porter des chaussures ordinaires. Dans les cas graves, boiterie.

Le diagnostic

Plus la maladie est identifiée rapidement, plus elle est facile à traiter. Si vous présentez l’un des symptômes décrits ci-dessus, il est conseillé de consulter votre médecin généraliste ou un spécialiste. Il examinera votre pied et vous prescrira généralement une radio. Dans certains cas, il pourrait aussi demander des analyses biochimiques.

Le traitement

Traitement non chirurgical : 

Si l’atteinte est diagnostiquée rapidement, un traitement non chirurgical peut parfois donner des résultats suffisamment bons pour éviter la chirurgie. Face à une forme légère de hallux rigidus, les options thérapeutiques sont les suivantes :

  • Adaptation d’une semelle thérapeutique avec coussinet plantaire, pour soulager le gros orteil.
  • Adaptation du chaussage, garantissant un espace suffisamment large pour les orteils.
  • Traitement médicamenteux : antalgiques ou anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  • Injections : une infiltration de cortisone peut être envisagée dans de rares cas, mais cette option n’est pas notre privilégiée.
  • Traitement d’une pathologie sous-jacente, p. ex. la goutte.

Traitement chirurgical :

Dans certains cas, la chirurgie est la seule alternative possible pour faire disparaître les symptômes de l’hallux rigidus. Les interventions chirurgicales se scindent alors en deux grands groupes :

La chirurgie conservatrice :

L’articulation est conservée, mais « nettoyée » (chéilectomie). Ces procédures préservent et restaurent l’alignement normal et la fonction normale de l’articulation, tout en éliminant la source de douleur.

La chirurgie non conservatrice (arthrodèse ou arthroplastie), lorsqu'il n’est pas possible de conserver l’articulation :

  • L’arthrodèse consiste à bloquer l’articulation dans une position déterminée, de manière à soulager la douleur et à permettre une marche normale à condition de ne pas dépasser une hauteur de talon préalablement définie avec le chirurgien.
  • La deuxième possibilité est l’arthroplastie, qui consiste à remplacer l’articulation par une prothèse. 

La douleur disparaît, comme avec l’arthrodèse, mais l’articulation garde une certaine mobilité.

Ce contenu a été écrit par : Dr. Stijn MuermansDr. Mark van DijkDr. Jan Van Oost

Plus d'infos sur les troubles de la Informations sur la chirurgie du pied et de la cheville