FR

Tendon d’Achille

Pathologies du tendon d’Achille

https://encrypted-tbn1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR4EzluSho-NIGPp64cFRV1YqGnc88xjfSPlyBlhIUwo8_y1Fw

Le tendon d’Achille est l’un des tendons les plus puissants du corps humain. Ce tendon part des muscles du mollet pour se fixer au calcanéum. L’inflammation du tendon d’Achille est une pathologie fréquente. On distingue 2 grands groupes de patients : d’une part, les jeunes sportifs, souvent touchés à l’initiation d’une activité sportive, comme les néo-joggeurs (start-to-run) ou les joueurs et joueuses de tennis en début de saison. Dans ce groupe, l’inflammation se situe principalement dans la gaine qui entoure le tendon. Le tendon en lui-même ne présente pas de réel problème et il s’agit d'une lésion de surmenage. D’autre part, le deuxième groupe se compose de patients d’âge moyen, chez qui le problème fait suite aux activités sportives modérées, voire aux activités de la vie quotidienne, comme un travail en position debout ou une promenade. Chez ces patients, une dégénérescence (perte de qualité) du tendon intervient également.

Symptômes

Les problèmes au tendon d’Achille engendrent une douleur dans le mollet, qui irradie parfois jusqu’au talon. Au début, la douleur est principalement ressentie au début et après une activité sportive, s’atténuant généralement pendant l’effort. Dans le cas d’une inflammation plus étendue, la douleur peut être présente de manière plus continue et devenir très intense pendant la pratique d’un sport, voire pendant la marche normale. Une induration douloureuse est souvent palpable au niveau du tendon, quelques centimètres au-dessus de son point d’attache au talon. Celle-ci est plus fréquente chez le patients plus âgés, avec dégénérescence du tendon. À l’examen clinique, le tendon d’Achille apparaît souvent raccourci.

Diagnostic

Le diagnostic est généralement très clair dès l’interrogatoire et l’examen clinique. Le traitement peut donc le plus souvent être instauré sans autres examens. À la radio, on observe parfois des calcifications à l’attache du tendon. L’échographie permet de mieux évaluer l’inflammation autour, à l’avant ou à l’intérieur du tendon. Si le traitement conservateur ne donne aucune amélioration, l’IRM est l’examen idéal fournissant la meilleure image de la qualité du tendon et de l’étendue de l’inflammation et révélant éventuellement la présence d’une bursite ou de petites déchirures dans le tendon.

Traitement

Nous tenterons toujours de traiter ce problème de manière conservatrice (sans chirurgie). Pour les sportifs, il s’agit généralement d’interrompre leurs activités quelque temps. L’inflammation peut aussi être réduite par des bains de pied à l’eau glacée ou par l’application de glace sur la zone douloureuse. La prise d’anti-inflammatoires (AINS) peut aussi être envisagée pendant quelques jours. L’essentiel est de préserver la longueur du tendon. La pierre angulaire du traitement est donc un programme d’exercices visant à allonger le tendon. Ces exercices doivent être pratiqués au quotidien pour donner de bons résultats. Un kinésithérapeute peut apporter son aide en étirant les muscles et en traitant l’inflammation aiguë. L’utilisation d’une talonnette dans la chaussure réduit quelque peu l’étirement du tendon. Et, comme elle absorbe les chocs, elle contribue aussi à soulager la douleur. Une autre option thérapeutique possible dans l’inflammation du tendon d’Achille est le traitement par ondes de choc. Non invasive, cette méthode n’est utilisée qu’en cas de résultat insuffisant d’autres traitements conservateurs. Pour être efficace, un traitement conservateur peut devoir être poursuivi entre 3 et 6 mois. La durée du traitement est en réalité proportionnelle à la durée des symptômes.

Exercices de renforcement du tendon d’Achille


Exercice n°1 : étirer le tendon d’Achille

- Face à un mur, penchez-vous en avant en prenant appui sur vos mains, une jambe pliée et une jambe tendue. (si vous avez mal des deux côtés, alternez pied gauche et pied droit pour étirer les deux) : la cheville douloureuse la plus éloignée du mur (jambe tendue).
- Déplacez votre poids sur la jambe tendue : vous sentez le talon et la plante du pied s’étirer. Vous devez aussi ressentir une nette tension dans votre mollet.
- Étirez bien et maintenez la position pendant 10 secondes. Ensuite, relâchez et revenez à la verticale. Répétez l’exercice 20 fois. Si vos deux chevilles vous font souffrir, répétez l’exercice de l’autre côté.

Exercice n°2 : appuyé sur une table ou une chaise, inclinez-vous vers l’avant

- Pliez les deux jambes et accroupissez-vous en douceur. Essayez de maintenir les talons au sol le plus longtemps possible.
- Vous sentez votre tendon d’Achille et votre plante de pied s’étirer au moment où votre talon décolle du sol. Lorsque vous sentez cette tension, essayez de garder la position pendant 10 secondes puis relevez-vous. Répétez 20 fois cet exercice. 

Exercice n°3 : debout sur la première marche d’un escalier

- Montez sur la première marche d’un escalier et cherchez l’équilibre sur votre plante de pied.
- Laissez descendre vos talons très lentement, aussi bas que vous le pouvez, jusqu’au moment où vous sentez les muscles de vos mollets tirer.
- Essayez de maintenir cette position pendant 10 secondes, puis redressez-vous. Répétez 20 fois cet exercice.

Opération du tendon d’Achille

Si le traitement conservateur n’a pas produit d’effet satisfaisant, une opération peut être envisagée. Il existe différentes possibilités, selon la sévérité de votre problème.

Arthroscopie : L’os excédentaire et la bourse séreuse du talon peuvent être réséqués sous arthroscopie. Cette intervention ne requérant que de petites incisions, la convalescence est généralement plus rapide qu’après une chirurgie classique « à ciel ouvert ». Vous aurez naturellement besoin de temps pour récupérer après l'opération, mais il ne sera pas nécessaire de vous plâtrer et vous pourrez directement marcher sur le pied opéré.

Chirurgie mini-invasive : La gaine du tendon est incisée par petits coups pour donner plus d’espace au tendon. Là aussi, vous aurez naturellement besoin de temps pour récupérer après l'opération, mais il ne sera pas nécessaire de vous plâtrer et vous pourrez directement marcher sur le pied opéré.

Libération à ciel ouvert : Le tendon est libéré et le tissu enflammé ou dégénératif est réséqué. Selon la qualité du tissu tendineux restant, le chirurgien réalise éventuellement une suture de renfort. Vous devrez rester dans le plâtre quelque temps après l’opération.

Augmentation : Le chirurgien utilise le muscle/tendon fléchisseur de votre gros orteil pour renforcer ou remplacer votre tendon d’Achille. Cette technique est exclusivement réservée aux cas d’inflammation très avancée. L’immobilisation plâtrée sera un peu plus longue après cette intervention.

Ce contenu a été écrit par : Dr. Stijn MuermansDr. Mark van DijkDr. Jan Van Oost

Plus d'infos sur les troubles de la Informations sur la chirurgie du pied et de la cheville