FR

Névrome de Morton ou épaississement du nerf sensitif de votre orteil

Qu’est-ce qu’un névrome de Morton ?

Un névrome de Morton est un épaississement du nerf sensitif des orteils. Ce nerf passe entre les têtes des métatarsiens pour rejoindre les orteils. Le névrome de Morton se niche le plus souvent entre le 3e et le 4e orteil (en partant du gros orteil). Le gonflement et l’épaississement du nerf, qui entraînent le névrome, sont la conséquence de la compression et de l’irritation du nerf.

morton

La cause

L’origine précise de ce névrome n’est pas clairement élucidée. Tout débute vraisemblablement par une répétition de petites lésions subies par le nerf, par exemple régulièrement pris en étau entre les têtes des métatarsiens. Le port de chaussures trop ajustées peut en être la cause. Le pied plat peut également exercer une pression supplémentaire sur les nerfs.

Les facteurs de risque sont :

  • Le port de chaussures trop ajustées ou de talons hauts ;
  • La pratique de sports très exigeants pour les pieds, comme la course à pied ;
  • La pratique de sports nécessitant le port de chaussures très ajustées, comme l’escalade, le patinage à glace et le ski ;
  • Les déformations de pied, comme l’hallux valgus, les orteils en marteau, les pieds plats et l’hypermobilité des articulations ;
  • Les femmes sont beaucoup plus touchées que les hommes.

Symptômes du névrome de Morton

  • Fourmillements, sensation de brûlure, insensibilité de la pointe des orteils
  • Douleur
  • Sensation de gonflement sous le pied

Au début, les symptômes seront légers et uniquement ressentis dans des chaussures trop ajustées. Par la suite, les symptômes peuvent persister, même à pieds nus.

Diagnostic

Si vous présentez l’un de ces symptômes, nous vous conseillons de consulter votre médecin généraliste ou un chirurgien orthopédiste. Le médecin tentera de reproduire les symptômes lors de l’examen clinique. Les examens techniques, tels qu’échographie et IRM, viendront ensuite confirmer le diagnostic.

Le traitement

1. Traitement non chirurgical :

  • Semelles orthopédiques : Une semelle thérapeutique peut être confectionnée sur mesure pour soulager la pression sur le névrome de Morton. Les symptômes régressent et, s’ils ne sont pas chroniques, le port d’une semelle thérapeutique peut suffire à la guérison. La guérison d’un névrome est lente. D’expérience, nous savons qu’un névrome se résorbe à une vitesse de 1 mm par an. Or, les névromes symptomatiques mesurent généralement 5 mm ou plus. La guérison complète au moyen de semelles prendra donc plusieurs années. Qui dit névrome épais, dit semelle thérapeutique épaisse. En effet, celle-ci doit être creusée profondément pour soulager totalement la pression sur le névrome. Vous devez donc en tenir compte pour le choix de vos chaussures. Pour de bons résultats, la chaussure doit être suffisamment large, être dotée d’une semelle amovible et ne pas avoir de talon haut.
  • Chaussures adaptées : Le névrome étant situé entre les têtes des métatarsiens, il en « sort » dès que le pied est comprimé. Il se retrouve alors littéralement sous votre pied, et vous marchez dessus à chaque pas. Veillez donc toujours à porter des chaussures assez larges au niveau de la plante du pied. Vous pouvez par exemple acheter des chaussures « anatomiques », qui reproduisent le galbe et la forme naturelle du pied, avec une semelle intérieure amovible à remplacer par votre semelle thérapeutique. N’hésitez pas à vous faire conseiller par votre chausseur.
  • Anti-inflammatoires : ces médicaments combattent à la fois la douleur et l’inflammation locale. Leur utilisation ne peut cependant pas être prolongée.
  • Infiltration : Dans certains cas, une injection de corticoïdes peut atténuer l’irritation nerveuse. Les corticoïdes ont un effet anti-inflammatoire. Le nombre d’infiltrations doit cependant se limiter à deux ou trois. En effet, la cortisone injectée risque de réduire à peau de chagrin le tissu adipeux accumulé sous la peau. L’injection a une action efficace sur les symptômes, mais souvent de courte durée.

2. Traitement chirurgical :

Ces options ne seront envisagées qu’en cas d’échec des traitements conservateurs.

Il existe deux possibilités de traitement chirurgical :

  1. Résection du névrome : Dans certains cas, il n’est pas possible de préserver le nerf. Par exemple lorsqu’il n’est pas possible de le contenir entre les métatarsiens. Une échographie du pied permettra d’évaluer la situation avec précision. Pour réséquer le névrome, le chirurgien réalise une incision sur la partie supérieure ou inférieure du pied, au niveau du névrome de Morton, entre deux orteils. Il extrait ensuite le névrome de Morton, ainsi qu’un morceau sain des petits faisceaux nerveux en prévention d’une récidive. Enfin, il referme la plaie avec du fil résorbable.

  2. Libération du névrome : Le chirurgien réalise une incision sur la partie supérieure du pied, au niveau du névrome de Morton, entre deux orteils. Il coupe le ligament qui surplombe le névrome, de manière à lui donner plus d’espace. Avec cette technique, le névrome reste donc en place. Seul le ligament est éliminé. Le névrome retrouve ainsi la possibilité de se déplacer vers le haut lorsque vous mettez votre poids sur l’avant du pied. Comme vous ne marchez plus dessus, le névrome ne provoque plus la moindre douleur (voir les illustrations jointes).

Ce contenu a été écrit par : Dr. Stijn MuermansDr. Mark van DijkDr. Jan Van Oost

Plus d'infos sur les troubles de la Informations sur la chirurgie du pied et de la cheville